•     
  • Blog
  •     
  • De l'avenir numérique

Du mauvais usage des présentations

C'est un article à la croisée des chemins que je vous propose ici. Depuis longtemps je m'interroge sur l'utilité des présentations : j'ai souvent considéré, et le considère encore, que les présentations type Powerpoint avaient énormément de défaut. J'ai lu un billet de Francis Pisani fort intéressant allant dans ce sens et je me propose à mon tour de lapider ce type de logiciels faisant figures de chouchou. Une fois cela fait, nous recentrerons le discours autour de ce qui nous intéresse ici :…

Qu'est-ce qu'être internaute ?

La question peut paraître sans intérêt au premier abord. Pourtant, il me semble que derrière un terme se cache une idée qu'il convient d'explorer pour en prendre toute la mesure. Le grand dictionnaire terminologique (que j'apprécie particulièrement par ailleurs) nous donne ici une définition très fade : "Personne qui utilise le réseau internet". Un internaute serait donc un utilisateur ? Si c'est le cas, pourquoi à l'origine ne l'a-t-on pas affublé d'un terme impliquant plus cette notion de…

Petite mise au point

On sent bien l'ambiance du moment. Elle revient en force autour du fameux sujet à faire peur "l'internet et la pédophilie". Le gouvernement s'en sert de prétexte pour la loi Loppsi, les médias s'en saisissent sans n'y rien (vouloir ?) comprendre, des reportages qui font peur, etc. la recette classique du traitement de l'information de la fin du XXème siècle dans toute sa splendeur.

Confondre la ville et la route qui y mène...

La diffusion, ce soir, d'une émission sur la pédophilie sur Internet est le prétexte pour vous mettre à plusieurs niveaux la puce à l'oreille... Je prends évidemment le prétexte de cette émission sans l'avoir encore vue ; je ne manquerai pas, une fois cela corrigé, d'en donner mon point de vue, tant la critique des médias par les médias les plus criticables me fait doucement sourire.

Les loups qui criaient sur l'enfant

Un pan entier et transversal de l'Education aux Médias passe par les notions de droit d'auteur et de l'économie à réinventer autour des oeuvres et informations numérisées. Ce sujet est largement développé par Benjamin Bayart, auquel j'ai consacré plusieurs articles.

Le libre : ça commence par une idée simple...

Aujourd'hui, je vous propose une citation. La partie colorée de cette citation est sans doute l'analogie la plus limpide qu'il m'ait été donnée d'entendre à propos de l'économie du logiciel libre, de la non-brevetabilité des idées et des logiciels, bref : de tout ce qui ne devrait pas être directement commercialisable et qui fait que l'Homme peut apprendre librement de l'Homme.

Qui cherche à contrôler l'Internet ? Partie 3

"Internet va réformer la société au moins autant que ce qu'a fait l'invention de l'imprimerie. La Renaissance, l'explosion des connaissances au XVème siècle, ne peut pas avoir lieu s'il n'y a pas la presse pour diffuser la connaissance. Sans la Renaissance et tout le renouveau du savoir qui va avec, on a pas la philosophie des Lumières qui est le préalable indispensable à toutes les démocraties modernes." (*)

Qui cherche à contrôler l'Internet ? Partie 2

Comprendre Internet, ses rouages, la réalité du réseau, est compliqué pour quiconque n'a pas la moindre idée de ce qu'est l'informatique. Pourtant, comprendre ce qu'est réellement Internet, sans entrer dans les détails, peut être d'une simplicité incroyable sans qu'on y trahisse sa réalité fondamentale :

Ceci tuera cela

Il est des visionnaires, des personnes qui ressentent le monde et ses bouleversement, fussent-ils si discrets que l'extrême majorité des gens passent à côté. Parmi ceux-là, j'aime souvent citer les écrivains de science-fiction (Bradbury, Azimov) et certains auteurs/réalisateurs (Andy et Larry Wachowski) car ils expriment une réalité future dont les germes poussent déjà en nous.

Qui cherche à contrôler l'Internet ? Partie 1

«La question de la liberté d'expression au 21ème siècle se posera sur Internet et uniquement là. Le réseau neutre et ouvert qui est celui qui permet la démocratie a de très farouches opposants (...). Entre les gens qui y ont intérêt et les gens qui s'en foutent parce qu'ils n'ont pas compris de quoi on parlait, ils sont plutôt majoritaires. »