24Mars

Ceci tuera cela

Posté par christophe le 2010-03-24
dans De l'avenir numérique

2010

Il est des visionnaires, des personnes qui ressentent le monde et ses bouleversement, fussent-ils si discrets que l'extrême majorité des gens passent à côté. Parmi ceux-là, j'aime souvent citer les écrivains de science-fiction (Bradbury, Azimov) et certains auteurs/réalisateurs (Andy et Larry Wachowski) car ils expriment une réalité future dont les germes poussent déjà en nous.
Il en est de plus lointains, qui avaient vu au-delà de leur siècle. Ainsi Victor Hugo disait-il dans Notre Dame De Paris : "Ceci tuera cela... Les petites choses viennent à bout des grandes : une dent triomphe d'une masse, le rat du Nil tue le crocodile, l'espadon tue la baleine, le livre tuera l'édifice !". Cette phrase est lourde de sens ; elle exprime en autres choses l'inarrêtable pouvoir du livre sur une société qui en était privé. Le savoir et la parole sous le monopole de l'Eglise et de sa culture imposante, trop fragiles face à la force de la lecture démocratisée.

Un article intitulé "le web tuera l'école"
prolonge l'idée pour interpeller le lecteur attentif dans une réflexion intéressante : "Ceci DOIT tuer cela pour qu’un peu d’espace soit fait à ce qui doit arriver." Sans paraphraser, l'essentiel à retenir ici n'est pas la fin de l'école en soi, bien sûr, mais ses méthodes et ses rapports aux TIC. Il ne lui suffira pas, comme c'est le cas aujourd'hui, de simplement utiliser Internet et l'informatique dans les mêmes méthodes pédagogiques ; il lui faudra impérativement, tôt ou tard, comprendre qu'ils changent profondément les usages des jeunes et que c'est bien au niveau de l'usage que la réflexion doit être portée, pas de son utilisation non réfléchie.

Une dernière citation pour conclure et ouvrir, elle est de Benjamin Bayart : "L'imprimerie a permis au peuple de lire, Internet va lui permettre d'écrire." Avec l'Internet, nous ne connaissons pas un simple outil, un média nouveau comme le fût la télé ; avec l'Internet, nous changeons radicalement de siècle, nous modifions le mode d'accès à la culture, l'information, la connaissance. Nous perturbons donc notre rapport avec le savoir, et perturbons ainsi les anciens détenteurs du savoir qui, s'ils ne se transforment pas en "passeurs"... mourront.

Commentaires

Poster une réponse



(Votre email ne sera pas affiché publiquement.)


Captcha Code

Click the image to see another captcha.