1erJuillet

Le premier vecteur est la bêtise

Posté par christophe le 2015-07-1
dans De l'avenir numérique

Etiquettes :
numérique
2015

Très honnêtement, je ne pensais pas que ça irait aussi vite et de cette façon. Je croyais naïvement que la médecine allait être le premier vecteur. Je me trompais. Le premier vecteur est la bêtise ! 

Première "implant party" à Paris ! Cela sonne comme un événement du progrès. Cette "implant party" parcours le monde pour convaincre, par un plan marketing très rodé, la population de s'upgrader ! L'homme amélioré, sublimé, connecté, c'est ce qui s'appelle du transhumanisme : l'homme 2.0, amélioré par la technologie. Cet événement est là pour l'amener, peu à peu, comme un facteur de progrès. Ne plus perdre ses clés, ouvrir toutes les portes, avoir toutes les informations nécessaires numérisées en permanence sur soi ! Quelle aventure ! L'homme décérébré acceptant ce "cadeau" du progrès pourra compter sur sa puce intégrée pour penser à sa place...

Derrière cet événement, un plan marketing, pas un cadeau. Think tank, lobby, grosses sociétés... Un tour du monde d'une publicité vivante précurseur d'une foire aux bestiaux humains. Car ça finira ainsi : le puçage généralisé et ingérable pour l'individu, la traçabilité de tous, tout le temps, l'incapacité de chacun de maîtriser la moindre parcelle d'intimité et de secret. L'extimité décriée aujourd'hui par ceux qui en connaissent l'existence joue petit bras face à ce monstre sacré de la science fiction.

Platon nous mettait déjà en garde contre l'hypomnémata, ce support de mémoire qu'était... l'écriture, car il y voyait l'incidence qui allait changer le monde. Nos hypomnématas d'aujourd'hui sont nombreux et deviennent de plus en plus sournois dans un monde complexe, mais cette puce sous la peau pourrait bien être l'ultime piège pour des peuples qui n'ont pas bien lu l'ancêtre philosophe... trop préoccupés à stocker trop d'information hors de leur cerveau, ils auront juste oublié de lire et réfléchir. Belle ironie de l'histoire, rappelant à la modernité son antiquité et au progrès sa décadence.

Non, il n'est pas bon d'accepter des puces sous la peau. Non, il n'est pas bon de chercher à être en permanence connectés à notre environnement. Non, nous ne pouvons définitivement pas faire confiance en nos politiques et aux sociétés privées pour penser à notre place. Ce n'est que folie de vouloir braver la nature à ce point et Icare sait nous rappeler qu'elle s'en rappelle bien assez vite.

Juste pour l'histoire, rappelons-nous que le régime nazi du IIIème Reich a pu référencer et parquer des populations grâce à la technologie des cartes perforées d'une grande société américaine. Un bel hypomnémata utilisé à des fins concentrationnaires. D'ailleurs, l'Administration française, en "retard" à l'époque, avait posé des soucis en terme de "productivité" au Reich... Ca vaut le coup d'y songer car décidément les décisions actuelles qui donnent aux dictateurs futurs les moyens de matraquer les populations s'accumulent à une vitesse vertigineuse. Oui, je parle entre autres des lois sur le renseignement qui ne disent pas leur véritable nom.

A suivre, ou pas... car les "implant party" ne semblent pas intéresser les journaux, tellement le nez dans leur guidon qu'ils ne voient pas plus loin que la fin de semaine...

 

 

 

Commentaires

Poster une réponse



(Votre email ne sera pas affiché publiquement.)


Captcha Code

Click the image to see another captcha.