14Mars

L'enfant au risque du virtuel - partie 6

Posté par christophe le 2010-03-14
dans De l'avenir numérique

Etiquettes :
enfants
numérique
2010

Un court retour sur un sujet important, traité dans le livre de Serge Tisseron (1) : la rencontre sur Internet.


On entend et on dit beaucoup de choses à ce sujet : des pires âneries aux plus belles fables. Il me semble qu'il ne faut pas oublier de considérer que nous sommes à un tournant des relations sociales dans lequel le numérique trouve une place privilégiée, mais n'est jamais qu'un outil que les personnes utilisent pour communiquer.


Le jugement est plutôt facile : les jeunes s'isolent derrière leur casque, ils ne parlent plus, ils ne lâchent jamais leur mobile, ils parlent avec leur copains sur msn dès qu'ils rentrent de l'école alors qu'ils les ont vu toute la journée, etc.

 

A chacune de ses tirades toutes trouvées et qu'on entend à longueur de journée, on peut évidemment y voir une problématique, mais il me semble que l'erreur est d'en faire une problématique générationnelle. Les générations d'aujourd'hui, à l'époque de mes parents, auraient très certainement fait comme mes parents car bercés dans un monde qui les "fabrique". N'oublions pas que nos enfants ne grandissent que dans le monde que nous leur fabriquons.
Par exemple, au premier jugement classique, " les jeunes s'isolent derrière leur casque, ils ne parlent plus", levez le nez dans le bus ou le métro et osez dire que les "vieux" parlent plus et considèrent plus leur voisin ! Réalisons simplement que la société évolue, les relations évoluent, et que les enfants grandissent dans des systèmes de valeurs différents de ceux dans lesquels nous avons grandis. On peut certes le regretter, mais le nier ne fera pas avancer notre conception des choses, particulièrement celle de notre sujet du jour : les jeunes et la communication.

« Les jeunes grandissent aujourd'hui dans un monde où la rencontre sexuelle est facilitée (…) L'ensemble du paysage audiovisuel les encourage à envisager la relation sexuelle comme le prolongement 'normal' de toute inclination. Ce dont souffrent les jeunes, aujourd'hui, est le contraire de ce dont souffraient leurs parents ! Ceux-ci n'avaient aucun lieu qui puisse accueillir leurs éventuels ébats ; ils n'ont aujourd'hui aucun espace psychique pour penser la séduction et se familiariser avec les étapes de la rencontre. Confrontés à ces angoisses, les jeunes ont rapidement compris le parti qu'ils pouvaient tirer d'internet, des chats, des forums et du langage MSN. Ils apprennent à se parler et à jouer avec les sentiments à l'écart d'un rapprochement corporel trop impérieux. »

Ce qui est question ici n'est pas ma spécialisation, mais j'admets avoir lu une évidence qu'il m'était difficile d'exprimer à la fois aussi clairement et aussi professionnellement. Je crois qu'une fois ceci considéré, tout comportement parental mettant en confrontation deux systèmes de valeurs (le sien et celui de son enfant, ce dernier forgé par ses propres valeurs inculquées et l'influence sociale extérieure) ira à l'échec. Encore une fois, l'éducation aux médias devra considérer l'enfant, ses perceptions, ses envies, et le former aux outils tout en l'en protégeant. Interdire l'accès à MSN parce qu'on ne comprend pas pourquoi ils y vont ne fera qu'amplifier le conflit générationnel.


« Ils désirent en fait se familiariser à leur rythme avec une réalité qui les terrifie autant qu'elle les fascine, celle de la rencontre amoureuse. Cette situation désirée autant que crainte ne fait plus l'objet dans notre culture d'aucun rituel. Alors ils en réinventent... »

(1)  L'enfant au risque du virtuel, Serge Tisseron, Sylvain Missonnier, Michael Stora, Dunod, Paris 2006  

Commentaires

Poster une réponse



(Votre email ne sera pas affiché publiquement.)


Captcha Code

Click the image to see another captcha.