29Janvier

N'acceptons pas ce qui vient

Posté par christophe le 2015-01-29
dans De l'avenir numérique

2015

Je n'aime pas ce que j'entends et ce que je vois des complaisances me fais craindre le pire pour notre Nation.

Des journalistes trahissant le peuple en réclamant de traquer et traiter ceux qui n'acceptent pas la pensée unique ; d'autres qui ne contredisent pas les premiers.

Des politiques qui veulent faire de l'école un sanctuaire dans lequel l'élève doit courber l'échine. Peillon voulait extraire l'enfant de son milieu pour en faire un citoyen ; Belkacem, non contente de poursuivre le travail de ce triste prédécesseur en imposant la religion du genre, s'empresse aujourd'hui d'exprimer dans la loi son refus de tout ce qui n'est pas dans le rang.

Un Premier Ministre en exercice, à l'Assemblée Nationale, qui s'indigne bêtement qu'un humoriste qu'il pourchasse remplisse des salles immenses en période de deuil national.

Un Ministre du travail qui confirme l’existence de la "liberté totale d'expression" en s'empressant de la limiter, "et la limite c'est Dieudonné".

Un député UMP qui demande la supression des Allocations Familiales aux parents dont les enfants ne respectent pas les valeurs de la République.

Un ancien Président de la République qui ne se fait pas reprendre par un Pujadas complaisant lorsqu'il s'étonne de ce "qui est fait avec ses jeunes qui n'ont pas voulu faire la minute de silence" et qu'il "souhaite qu'on convoque toutes les familles, pour demander qu'est-ce qui c'est passé : est-ce que ce jeune répète ce qu'il se dit dans sa famille ?" Pour eux, "La sanction doit être immédiate." et personne ne s'en affole.

Un Jacques Attali, profitant de l'occasion pour en appeler au Gouvernement Mondial sous le signe de la surveillance généralisée : "Aussi, au moment où l’internet des objets va permettre de tout savoir des comportements de chacun, (...), il serait parfaitement possible de disposer de moyens technologiques pour surveiller tout comportement suspect, sans pour autant avoir à déployer des moyens démesurés de surveillance physique, et dans le respect des libertés publiques et de la vie privée des honnêtes gens."

Aucune opposition à toutes ces paroles. Médias et politiques confirment leur appartenance à la même caste dirigeante et entendent rester au-dessus du peuple. L'avenir ne sent pas bon. La surveillance généralisée, soeur de la soumission, le fabriquera malgré nous. Il semble évident qu'une faible partie de la population s'en aperçoive, et la "contamination" du reste de la population est ce qui est si 'insupportable" pour reprendre les mots de la Ministre de ... quoi déjà ? ... de l'Education !

Il n'y aura pas de compromis, c'est ce qu'ils nous disent aujourd'hui. Il y aura ceux qui partagent les "valeurs" de la République et les autres. Ces derniers seront, et sont déjà, chassés pour le crime infâme de théoricien du complot. Ô ! la puissance des mots !

Et le numérique sera entre leurs mains. 
N'acceptons pas ce qui vient.


Commentaires

Poster une réponse



(Votre email ne sera pas affiché publiquement.)


Captcha Code

Click the image to see another captcha.