•     
  • Blog
  •     
  • De l'identit√© sur internet

Facebook ne veut pas me quitter

J'ai quitté Facebook, mais la réciproque n'est pas vraie. Je n'ai plus de compte, ai demandé à retirer toutes mes données, mais Facebook tient encore à moi. Numérama nous rapporte que la société a encore abusé de ses applications ; cette fois-ci, c'est au travers de son apllication pour mobiles qu'elle recueille les numéros de téléphone sans que l'utilisateur n'ait besoin de se connecter ou même de posséder un compte. Pratique hautement criticable.

J'ai quitté Facebook

J'ai quitté Facebook. C'est fait. Cela faisait longtemps que j'y pensais et puis, pouf d'un coup d'un seul, je me suis identifié et j'ai désactivé mon compte. Je l'ai fait comme on se débarrasse de vieilles choses dont on ne se sert plus et qui traîne dans le fond des tiroirs. Ces choses dont on se dit toujours, ménage de printemps après ménage de printemps, "ho ! Ca servira bien un jour". Jusqu'au jour, où, finalement, on prend conscience que c'est au minimum futile. On jette. Et ça se passe…

Pourquoi je ne donne rien à Facebook

A en croire Numérama, des études arriveraient qui feraient le lien entre une "vie" active sur Facebook et un certain caractère anormal. Ci-tôt les réactions vont pleuvoir, à l'image d'un riverain de rue89. Parlons-donc, une fois n'est pas coutume, de mon cas. J'ai un compte Facebook, mais je ne l'utilise pas. Je donne systématiquement mon adresse email. J'ai ouvert ce compte il y a quelques années pour participer à un réseau professionnel dans le cadre d'une recherche d'emploi. Je ne m'en…

Sur le web un jour, des traces pour toujours ?

Dans le cadre de l'éducation aux médias, nombreuses sont les démarches associatives ou provenant des autorités officielles afin de sensibiliser les jeunes internautes aux risques. Il m'a toujours semblé que parler des risques, en terme de risques, c'est priver l'individu d'un rapport à sa propre réflexion et responsabilité. Poser le problème d'Internet en terme de risques, c'est souvent accepter qu'on privilégie les politiques restrictives et sécuritaires à l'information et l'éducation.